Conseil des EPF, 23 mai 2019

Lors de sa séance des 22 et 23 mai, le Conseil des EPF a approuvé la planification des financements et des investissements pour l’année 2020 et discuté du compte rendu annuel sur les grands axes stratégiques. Le Conseil des EPF a en outre examiné la proposition de l’ETH Zurich de licencier une professeure et a été informé de l’avancement de l’enquête administrative concernant la gouvernance au sein de l’ETH Zurich.

A l’occasion de sa séance des 22 et 23 mai 2019, le Conseil des EPF a adopté la planification des financements et des investissements pour l’année 2020, qui inclut le budget, le crédit d’investissement dans les constructions du Domaine des EPF et le Programme des constructions 2020. Le financement fédéral devrait s’élever à 2 566 mia CHF, ce qui correspond à un recul de 15 mio CHF par rapport au Budget 2019. Les produits d’exploitation augmentent cependant de 56,5 mio CHF, étant donné que les institutions du Domaine des EPF ont réussi à obtenir des fonds compétitifs importants pour financer de nombreux projets d’enseignement et de recherche qui seront menés l’an prochain. Le budget adopté comprend également des fonds destinés au plan d’action Suisse numérique de la Confédération et aux grands axes stratégiques Science des données, Santé personnalisée et technologies associées, Advanced Manufacturing et Energie.

Renforcer la numérisation grâce aux grands axes stratégiques

Le Conseil des EPF a pris acte du compte rendu annuel relatif aux grands axes stratégiques. Les institutions du Domaine des EPF, c’est-à-dire l’ETH Zurich, l’EPFL, le PSI, le WSL, l’Empa et l’Eawag, sont des acteurs importants qui permettront à la Suisse d’entrer pleinement dans l’ère du numérique. Parmi les exemples en matière d’enseignement figure le nouveau master de cybersécurité proposé conjointement par l’ETH Zurich et l’EPFL. De nombreuses chaires d’enseignement sont par ailleurs adaptées en raison des changements induits par la numérisation, et l’on recherche des professeures et professeurs ayant le profil adéquat. A l’ETH Zurich, ce ne sont pas moins de 25 à 30 chaires d’enseignement qui sont repourvues chaque année et font l’objet d’une réorientation stratégique en fonction des besoins identifiés dans la recherche et l’enseignement. Ces dernières années, l’Ecole a intégré à son programme de cours près de 10% de cursus entièrement nouveaux. Dans 25% des cas, elle a procédé à des changements plus marqués. La filière de génie mécanique, p. ex., a connu une mutation profonde: autrefois axée sur les turbines, elle se concentre aujourd’hui sur la microrobotique et la nanorobotique pour les applications médicales.

Un exemple notable de projet réussi est la plateforme «Renku» du Swiss Data Science Center (SDSC), qui constitue un élément central du grand axe stratégique dédié à la science des données. Ce logiciel open source permet l’échange de savoir et de données entre la recherche de pointe et l’économie. Le SDSC favorise ainsi le développement numérique de l’industrie suisse et de ses nombreuses PME.

Proposition de l’ETH Zurich de licencier une professeure

En mars dernier, l’ETH Zurich a proposé au Conseil des EPF de licencier une professeure. Le Conseil des EPF a pris acte de la prise de position de la professeure concernée. La procédure est en cours, et la date de la décision n’a pas encore été fixée.

Enquête administrative à l’ETH Zurich

Le Conseil des EPF a par ailleurs chargé une société fiduciaire et d’audit indépendante d’examiner les reproches en matière de gouvernance, d’allocation des ressources financières et d’égalité des genres formulés à l’encontre du Département de physique de l’ETH Zurich. Le Conseil des EPF a pris acte de l’état d’avancement des travaux. Le rapport devrait lui être remis dans quelques semaines.