L'excellence dans la recherche
au service de notre époque

Avec son enseignement et sa recherche de haut niveau, le Domaine des EPF a un rôle majeur à jouer face aux défis du présent. Le changement climatique, l’utilisation durable des ressources ou la transformation numérique sont des thèmes au coeur de son engagement. Pour qu’il puisse assumer cette responsabilité, le Domaine des EPF a besoin de conditions-cadres fiables en matière de politique de formation et de structures efficaces.

«Qualité exceptionnelle», «positionnement unique», «plaque tournante d’innovation majeure» — le groupe d’experts de composition internationale qui a procédé à l’évaluation intermédiaire de 2019 a souligné la belle performance et l’importance centrale du Domaine des EPF, aussi bien au sein du paysage suisse des hautes écoles que par rapport à d’autres institutions de formation et de recherche à travers le monde. L’évaluation intermédiaire du Domaine des EPF, effectuée à mi-période FRI sur ordre du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR), confirme l’excellent travail accompli par les six institutions. Les deux EPF font partie des meilleures hautes écoles universitaires du monde. En témoignent les différents classements internationaux dans lesquels les deux écoles sont à nouveau très bien placées en 2019 (cf. fig. 16 et 17, p. 93).

L’accent sur la recherche:
développement durable et numérisation

Les institutions du Domaine des EPF, qui excellent dans la recherche et l’enseignement, apportent une contribution importante dans la gestion des défis présents et futurs que notre pays doit relever. Lors des sommet pour la préparation du message FRI 2021—2024, certains de ces défis ont été identifiés comme des «axes» centraux pour tous les domaines d’encouragement FRI, par exemple le développement durable ou la transformation numérique. Ces deux domaines sont également des priorités de l’activité de recherche du Domaine des EPF.

Au sein de la vaste thématique du développement durable, les institutions ont mis un accent particulier sur la recherche énergétique. Le plan d’action «Recherche énergétique suisse coordonnée» y joue un rôle important en tant que train de mesures de la stratégie énergétique 2050 de la Confédération. La recherche énergétique est en outre l’un des quatre grands axes stratégiques définis par le Conseil des EPF pour la période FRI actuelle. De nombreux projets de recherche portent sur des tâches pointues telles que la transformation durable de la production énergétique suisse, la réduction des émissions de CO2 ou l’amélioration de l’efficience du système énergétique. La plateforme sur la recherche énergétique ReMaP (Renewable Management and Real-Time Control Platform) est entrée en service en 2019. Celleci se consacre aux problématiques interdisciplinaires, par exemple l’évolution de la consommation d’électricité en cas de stockage local de l’énergie. Des plateformes de recherche et de transfert de technologie étant déjà interconnectées au sein du Domaine des EPF, des liens se créent entre réseau de distribution, gestion de l’énergie, bâtiments et mobilité. Les institutions du Domaine des EPF ont également participé à l’élaboration du SWEET (Swiss Energy Research for Energy Transition), le programme de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) qui succède au plan d’action «Recherche énergétique suisse coordonnée».

En ce qui concerne la transformation numérique, les institutions du Domaine des EPF travaillent sur les bases technologiques et les appliquent aux différents domaines. Les trois grands axes stratégiques du Domaine des EPF Santé personnalisée, Science des données et Advanced Manufacturing intègrent des aspects centraux de la numérisation. Depuis longtemps, les deux EPF renforcent leurs capacités, notamment dans le domaine des sciences informatiques et des technologies d’information et de communication. Les sept chaires supplémentaires mises en place par l’ETH Zurich et l’EPFL dans le cadre du plan d’action «Numérisation» de la Confédération s’inscrivent dans cette logique. Cinq ont déjà été pourvues en 2019. Le défi de la sécurité dans l’environnement numérique est l’une des priorités. Les deux EPF ont lancé avec succès leur programme de master commun en Cybersécurité en 2019. A l’automne, deux pôles du campus cyberdéfense du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) ont été inaugurés à l’EPFL et à l’ETH Zurich. Le campus a pour mission d’identifier au plus tôt les évolutions rapides qui animent le cyberespace et de travailler sur de nouvelles technologies de défense.

Dialogue avec la société
et les responsables politiques

Au vu des défis et des évolutions actuelles, il appartient à la communauté scientifique d’endosser le rôle de conseil vis-à-vis des responsables politiques afin de permettre des décisions basées sur les faits. Dans le contexte actuel de fake news et de débats très personnels et conflictuels, la confiance dans la science et ses processus est de prime importance. Le rapport final de l’évaluation intermédiaire souligne la nécessité de «donner un visage» à la science et l’importance, pour les experts du Domaine des EPF, de prendre part au processus de négociation politique avec une voix consultative.

La responsabilité sociale des sciences est évidente dans le domaine de la transformation numérique. L’offre de formation continue des institutions du Domaine des EPF, sans cesse enrichie et adaptée aux besoins des différents métiers, veut aider à préparer au mieux la société à l’âge numérique. La formation de la jeune génération est particulièrement importante. Les deux EPF soutiennent par exemple le renforcement des cours d’informatique dans les écoles en proposant l’élaboration de plans d’études ou des cours de formation initiale et continue destinés au personnel enseignant.

Des conditions-cadres fiables,
des structures efficaces

Plusieurs facteurs sont essentiels au maintien de notre excellence en recherche et formation pour gérer les défis de notre temps. Dans leurs recommandations, les experts de l’évaluation intermédiaire citent plusieurs conditions-cadres essentielles. Le financement stable et fiable de la Confédération en fait partie. Dans ce contexte, l’autonomie du Domaine des EPF et de ses six institutions quant à l’utilisation des moyens financiers est également décisive. Ceci concerne aussi les réserves libres stratégiques qui donnent aux institutions une marge de manoeuvre visà- vis de nouveaux secteurs et initiatives scientifiques. Les nouvelles directives adoptées par le Conseil des EPF sur la politique des réserves au sein du Domaine des EPF fixent notamment des ordres de grandeur et des principes de gestion. Parmi les autres conditions-cadres importantes, le comité d’experts souligne l’importance de l’ouverture internationale du Domaine des EPF. L’accès aux programmes internationaux d’encouragement de la recherche comme Horizon Europe est essentiel pour l’attractivité et le réseau international de la Suisse comme site de recherche.

L’évaluation intermédiaire s’est intéressée aux conditions- cadres extérieures, mais aussi à la structure qui s’est mise en place au fil des ans au sein du Domaine des EPF. Les experts ont conseillé de poursuivre la remise en question de cette structure, afin d’accroître l’agilité et la flexibilité du Domaine des EPF et d’orienter son évolution vers les besoins futurs. Au mois de septembre, le Conseil des EPF a pris la décision stratégique de regrouper à moyen terme le WSL et l’Eawag en un seul institut de recherche sur l’environnement et la durabilité au rayonnement international. La consultation des institutions du Domaine des EPF sur ce projet a commencé fin 2019. Le nouvel établissement contribuera à cibler davantage la recherche au sein du Domaine des EPF vers des solutions prometteuses d’un avenir durable de notre société et à consolider le site de recherche suisse dans les domaines de l’environnement et de la durabilité.